jeudi 25 juin 2009

L'absente

Je crève mes pleurs
Mes lueurs ternis
A nos âmes amantes
A nos souvenirs détruits
J'use ma peine,
Mes fièvres mourantes
A feindre l'absente
A jouer l'oubli.

6 commentaires:

  1. J'aime ce petit poème; autant pour ce qu'il évoque que pour la beauté des mots. J'aime leur son.

    RépondreSupprimer
  2. infiniment; dans l'espece et dans le temps.

    RépondreSupprimer
  3. dans l'espace voulais-je dire ...

    RépondreSupprimer

Share/Save/Bookmark